menu déroulant essai

Rechercher dans ce blog

lundi 28 novembre 2011

Mon avis sur "Non Stop" de Frédéric Mars


667 pages
Editeur : Black Moon (Hachette jeunesse)
Dates de parution : novembre 2011
Origine : France
Version originale

Voici mon avis concernant "Non Stop" de Frédéric Mars.

Jetons tout d'abord un oeil à la couverture.
J'aime beaucoup cette couverture en blanc, nuances de gris, noir et rouge sang. Elle reflète parfaitement l'état d'esprit de ce thriller.
Des hommes, parfaits anonymes, semblent marcher malgré l'obscurité ambiante. Sur chacun d'entre-eux, un point rouge indiquant un danger. Ses hommes sont, à première vue, sous la surveillance de snipers, prêts à leur tirer une balle en plein coeur. La cible en plein centre de l'image viendrait tout à fait confirmer cette théorie. Mais voilà, la situation est plus compliquée que cela. Après lecture du résumé et/ou visionnage du trailer, on voit un petit détail auquel on n'avait pas prêté attention : la taille du point rouge n'est pas la même pour tout le monde. L'homme au centre de la cible se voit affublé d'un point beaucoup plus gros que ses voisins. Et pour cause ! Si l'on observe l'image encore plus en détails et que l'on compare avec les informations contenues dans le résumé, on se rend très vite compte que cet homme ne marche plus. Il est à l'arrêt. Sa vie ne tient plus qu'à deux doigts. S'il ne redémarre pas bien vite, ce sera trop tard pour lui... et pour toutes les personnes se trouvant dans les parages, victimes impliquées ou non dans ce complot terroriste.
Ces hommes sont des "marcheurs de la mort".
Non, non. Je ne délire pas. Allez ! Lisez donc le résumé pour mieux comprendre ce que je vous raconte.


Voici le résumé figurant au dos du roman :
"9 septembre 2012, Manhattan
Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. A peine s'est-il arrêté sur le quai de la station qu'il explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les explosions de ce genre se multiplient à une allure folle.
Sam Pollack et Liz McGeary, les deux agents chargés de l'enquête, doivent admettre qu'ils sont confrontés à une attaque terroriste d'une envergure inédite. Une attaque non revendiquée et d'autant plus difficile à contrer qu'elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d'eux les agents de ce scénario apocalyptique.
Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent une enveloppe et se mettent à marcher. S'ils s'arrêtent, la charge explosive se déclenche. Où qu'ils soient. Quels que soient leur sexe, leur âge et leur couleur de peau.
La cavale sans fin de ceux qu'on appelle les "Death Walkers", les marcheurs de la mort, ne fait que commencer."



Pour compléter ce résumé déjà bien alléchant, voici le trailer officiel du roman :



Parlons un peu des personnages.
Mon personnage préféré n'est autre que Sam Pollack, capitaine de Police veuf et père d'une fille de 18 ans prénommée Grace avec qui les relations sont assez difficiles. Sam Pollack sera le premier membre des forces de l'ordre à être confronté aux "marcheurs de la mort". Il sera là lorsque le premier d'entre-eux explosera dans la station de métro. Il participera activement pour tenter de mettre fin à cette affaire de terrorisme d'une envergure exceptionnelle. Une affaire dans laquelle il sera profondément impliqué personnellement. Une affaire qui le poussera au bord du gouffre, aux frontières du découragement, du désespoir... Une affaire qui le poussera à se surpasser, à avancer en serrant les dents et à garder espoir aussi longtemps que possible.

Un autre personnage qui m'a beaucoup marquée : Stanley Cooper, Président des Etats-Unis d'Amérique en personne. C'est un personnage qui a plusieurs points communs avec le Président actuel des Etats-Unis, Barack Obama, à commencer par le fait qu'ils soient tous les deux les 44ème présidents des Etats-Unis mais aussi par le fait que tous deux soient des Présidents "noirs". Je ne sais pas si Barack Obama réagirait avec le même sang-froid et le même courage que Stanley Cooper s'il se trouvait à sa place. En tous les cas, l'auteur a façonné un homme droit, humble, ayant du coeur, du courage et n'hésitant pas à marcher aux côtés de ses concitoyens maudits pour les soutenir jusqu'au bout. Un président héroïque, un président que l'on admire, que l'on respecte.

Je m'arrêterai là pour les personnages. Les autres acteurs de ce thriller sont eux aussi dignes d'intérêt mais je n'ai souhaité vous présenter que les deux qui m'ont le plus marquée.


Mon avis concernant ce roman :
Ce roman est une bombe ! Pardonnez-moi le jeu de mots mais j'ai eu un véritable coup de coeur pour ce thriller d'origine française. Hé oui ! Vous avez bien lu : l'auteur de cet ouvrage est français. Voilà qui prouve que les auteurs français n'ont rien à envier à leur collègues anglo-saxons ! Frédéric Mars a été à la fois écrivain, journaliste et scénariste et, croyez-moi, ça se sent.

Il y a quelques temps, je m'étais extasiée en découvrant un autre thriller, un roman d'un auteur non francophone. Je vous avais vanté son côté palpitant, addictif, cinématographique même. Et bien, j'ai trouvé que "Non-Stop" était encore un cran au-dessus.

Des chapitres assez courts... Des chapitres ? Je pourrais presque les qualifier de scènes, comme dans un film. En effet, l'auteur nous fait vivre l'histoire en multiplexe : nous nous promenons allègrement entre le bureau du Président des USA, la rue, le domicile des divers personnages, le métro, l'hôpital... nous vivons les événements depuis plusieurs points de vue... L'intitulé de chaque chapitre sous la forme "horaire - ville- lieu précis" conforte encore plus cette idée de scénario. Tout s'enchaîne à un train d'enfer mais l'intrigue n'est pas linéaire. Beaucoup de rebondissements, de surprises jalonnent notre chemin jusqu'à la dernière page.

L'intrigue tient vraiment debout. Les faits nous semblent tellement réels. Ce roman est effrayant de par son côté réalistique. Les événements du 11 septembre nous ont tous beaucoup marqués. Lorsque nous avons appris la nouvelle ou découvert les images sur nos écrans, combien parmi nous n'ont pas pensé "Ce n'est pas possible ! Ce genre de chose paraît bien trop gros pour être réel !". En découvrant que ce que nous avions sous les yeux n'était pas la bande-annonce d'une nouvelle production Hollywoodienne mais la simple réalité, beaucoup d'entre-nous ont commencé à éprouver de la peur, à imaginer qu'une telle chose pourrait très bien se reproduire ailleurs... près de chez nous.

"Non Stop" se déroule dans la continuité des événements tragiques du 11 septembre. L'action se situe précisément 2 jours avant une cérémonie de commémoration durant laquelle la Tour de la Liberté est censée être inaugurée. Date symbolique qui pourrait véritablement être choisie par des terroristes pour rouvrir la blessure. C'est dans ce contexte d'une réalité effrayante que nous pénétrons en entrant dans la lecture.

Un homme qui explose dans une station de métro, rien de bien original me direz-vous. Des kamikazes qui se font sauter dans des lieux fréquentés, ce n'est pas nouveau. Oui mais, cette fois-ci, ces "kamikazes", ces bombes humaines, pourraient très bien être vous ou moi, vos parents, vos enfants, vos voisins, vos amis... votre bébé ! Comment ? Vous pensez que vous verriez forcément si votre bébé ou vos enfants étaient piégés ? Mais voilà le côté effrayant de la chose : le dispositif explosif n'est absolument pas décelable de l'extérieur. Même les personnes concernées ne savent pas qu'elles ont été transformées en bombes humaines ! Ah ! Ah ! Nous y voilà : vous vous demandez bien comment une telle chose pourrait être possible ? Figurez-vous que toutes ces "bombes humaines potentielles" sont porteuses d'un pacemaker. Un pacemaker qu'on leur a implanté durant les deux dernières années. Je suis certaine que vous rigolez déjà moins.
Plutôt flippant non ? Mais, attendez, il y a encore pire !
Une fois le mécanisme activé, les personnes piégées doivent marcher, marcher, marcher, sans jamais s'arrêter sous peine de déclencher le détonateur et boum ! Je suis sûre que vous commencez à angoisser un peu.


Très franchement, j'ai eu du mal à lâcher cette lecture. Les faits sont tellement criants de vérité que ça fait froid dans le dos.

Un style clair, qui sonne juste, un style à mi-chemin entre littérature et journalisme. Ce roman est très agréable à lire. Les 667 pages passent à une vitesse impressionnante. J'ai été véritablement surprise d'atteindre la dernière page aussi vite.

Les personnages sont eux aussi décrits avec beaucoup de réalisme, de justesse. On s'attache très vite à Sam Pollack.
Avec certains autres personnages, nous ne savons pas trop sur quel pied danser : devons-nous leur faire confiance ou nous méfier ? Sont-ils sincères ? Qu'ont-ils à cacher ? Ce qui n'est pas sans mettre en place un très grand suspense.

J'ai aussi beaucoup aimé la façon qu'a eu l'auteur de nous présenter des faits simultanés dans des lieux différents. Un peu comme dans un film où l'on ne cesse de nous montrer un chrono, puis un démineur qui tente de désamorcer une bombe, retour sur le compte à rebours qui s'égrène, puis sur le visage en nage du démineur... Ce procédé accélère encore le rythme déjà effréné de l'histoire, nous permettant ainsi d'assister à un final à couper le souffle.

En conclusion :  
Un roman que j'avais très envie de lire en en découvrant le résumé, la bande-annonce et les excellentes critiques. Un roman que je suis heureuse d'intégrer à ma bibliothèque personnelle. Un roman que je ne manquerai pas de relire avec plaisir. Un roman dont les techniques de création du réalisme et de gestion du suspense m'inspireront pour l'écriture de mes propres romans.

Bref, un véritable coup de coeur  pour ce roman que je vous invite à découvrir sans tarder !

Un grand merci à Karine du forum "club de lecture" , à l'auteur, Frédéric Mars et à Black Moon (Hachette Jeunesse) pour avoir organisé ce concours qui m'a permis de découvrir ce roman inoubliable.

jeudi 24 novembre 2011

Petit récapitulatif de mes prochaines lectures

Il pleut des livres chez moi ! Entre les lectures en partenariat, les romans gagnés lors de concours et le cadeau de mon frérot, ce ne sont pas moins de dix nouveaux ouvrages que j'aurai le plaisir de découvrir dans un très proche avenir.

* Gagnés lors d'un concours organisé par les Chroniques de Madoka :
- Les cinq premiers tomes de la série "les mange-rêve" de Jean-Luc Le Pogam aux éditions Palémon.

* Gagné lors d'un concours organisé sur le forum Club de lecture :
- "Histoires de seins" (non ce n'est pas un livre érotique ! ^^) Collectif aux éditions Fortuna.


* Lecture en partenariat obtenue grâce au forum Club de lecture :
- Le tome 2 de "le choix d'une vie" d'Astrid Lafleur aux éditions Rebelle (une toute jeune maison d'édition à suivre de près !)

 * Lectures en partenariat obtenues grâce à l'opération Masse Critique de Babelio :
- "Service de nuit" d'Erie Sonoda (littérature jeunesse) aux éditions Lirabelle.

- "Un nid sur la fenêtre" de Dominique Donadieu-Rigaut et Maryvonne Le Quellec (littérature jeunesse) aux éditions du Jasmin.

* Petit cadeau de mon frérot pour m'aider à compléter ma collection des oeuvres de Stephen King :
- "Les régulateurs" de Stephen King aux éditions Albin Michel.


De bonnes heures de lecture en perspective !

lundi 7 novembre 2011

"Sur la route au bout de la nuit" d'Olivier Courtois


346 pages
Editeur : arHsens édiTions
Dates de parution : juin 2010
Origine : France
Version originale

Voici mon avis concernant "Sur la route au bout de la nuit" d'Olivier Courtois.

Jetons tout d'abord un oeil à la couverture.
Une illustration en noir et blanc, en rose et jaune qui donne un air léger, presque amusant à la couverture. Les éléments représentés sont assez symboliques. On y retrouve la fameuse route, bien visible, tracée en jaune et serpentant en plein milieu de l'illustration. Elle agit comme une frontière, séparant deux groupes de bâtiments : sur la droite, sans doute permis, nous pouvons reconnaître les Etats-Unis d'Amérique. Sur la gauche, il semble s'agir de monuments européens. Sur la route, deux personnages : ce sont les personnages principaux du roman. Le choix des couleurs semble avoir été fait de façon à mettre en valeur le titre : "la route" est en jaune; le côté noir et blanc, assez sombre, du reste de l'image, ainsi que les nuages roses semblent symboliser le "bout de la nuit", l'aube naissante.


Voici le résumé figurant au dos du roman :
"Les compagnons d’Ulysse dévorés par le cyclope dans l’Odyssée ou les mineurs victimes d’un coup de grisou dans Germinal... qui s’en souvient ? Personne... On ne peut pas même les nommer, Homère et Zola ne les ayant pas baptisés. Malheureux personnages romanesques secondaires, oubliés des lecteurs, manipulés par leurs auteurs, snobés par leurs éditeurs, méprisés par leurs héros...
A tous ces parias de l’histoire de la littérature, un livre offre enfin la lumière des premiers rôles : ils seront les héros d’une épopée « sur la route au bout de la nuit ».
Leurs porte-parole s’appellent Arthur Ganate et Jeff Malhotra. Le premier est un personnage de Voyage au bout de la nuit, le roman de Céline dont il disparaît dès la fin du premier chapitre ; le second se prétend un personnage de Sur la route, de Jack Kerouac, supprimé du manuscrit lors des corrections, avant même la première édition. La rencontre d’Arthur et Jeff provoque leur soudain héroïsme et ensemble, ils parcourent la France puis les états-Unis à la recherche de Ferdinand Bardamu et Dean Moriarty, les deux héros de leurs romans originels."

C'est en lisant ce résumé que j'ai eu envie d'en savoir plus. J'étais très désireuse de savoir ce qui se cachait vraiment dans ce livre qui me semblait un peu hors-norme au vu du résumé. C'est donc avec un immense sentiment de curiosité que je me suis lancée à la découverte de ce roman. 

Parlons un peu des personnages.
Beaucoup de personnages dans cet ouvrage. 
Tout d'abord, les deux héros de cette histoire : Arthur Ganate et Jeff Malhotra, qui, comme l'explique le résumé, sont des personnages secondaires de deux autres romans.
 Tous deux ont la même rancoeur : ils se sentent volés, bafoués. Ils ne supportent pas leur condition de personnages secondaires. L'un disparaissant dès la fin du premier chapitre de son roman originel, l'autre ayant même été totalement supprimé de la version définitive. Ils n'ont qu'un désir : se venger ! L'un et l'autre souhaitent retrouver les héros de leurs romans respectifs pour les éliminer. Ils se mettent donc en chemin, ensemble, voyageant sur la route, jusqu'au bout de la nuit, parcourant différents points du globe. Chemin faisant, ils rencontreront une multitude d'acteurs du monde littéraire : des éditeurs, des auteurs, le jury du Goncourt... mais aussi des personnages d'autres romans dont la majorité feront partie de la catégorie des personnages secondaires. Parmi leurs rencontres : l'un de nos anciens présidents français, le Petit Prince de St Exupéry, la petite fille aux allumettes, Robinson Crusoë...
Une belle brochette de personnages !

Et leur voyage, comme tout voyage, les fera mûrir, les poussera à réfléchir et à passer au-dessus de leurs sentiments de départ, leur ouvrira les yeux et les fera changer.

Mon avis concernant ce roman :
Ce roman est assez singulier. Pas de longs passages narratifs ou descriptifs. Cet ouvrage est un long, très long dialogue entre ses différents acteurs. J'ai trouvé que c'était assez agréable et aisé à lire dans l'ensemble. Pourtant quelques passages m'ont semblé un peu plus confus. J'avoue m'être parfois un peu perdue dans les dialogues impliquant plus de deux personnages à la fois. Le style étant dépourvu d'incises et les personnages n'ayant pas de tics de langage suffisamment développés il s'est avéré parfois un peu difficile de les identifier. Je me suis posée à plusieurs reprises la question "Mais qui est en train de parler ?" Heureusement, ces passages ne sont pas nombreux et on retrouve très vite ses marques.

Ce procédé d'écriture m'a un peu inquiétée au début, je l'avoue. J'avais peur de me trouver face à un discours philosophique soporifique, insipide et ennuyeux à souhait. Il n'en est rien ! Olivier Courtois, l'auteur, a su faire passer des moments "d'action" dans les échanges verbaux des personnages. Le récit est très vivant.
Le ton léger lui donne un côté amusant. J'ai souri un nombre incalculable de fois durant ma lecture et j'étais impatiente de découvrir la suite des péripéties de nos deux amis.

Un détail important aussi qui pousse à tourner les pages toujours et encore : les chapitres sont courts, certains très courts même. Les chapitres courts ont sur moi un effet magique, addictif : "Allez ! J'ai encore le temps d'en lire un petit ! Et puis un autre, et puis encore un autre..."

J'ai trouvé le concept très intéressant et original : cette révolte de personnages secondaires m'a beaucoup plu. En tant qu'auteur, j'avoue que ce texte pousse à s'interroger sur le traitement que l'on réserve à chacun de nos personnages. Nous avons tendance, en grande majorité, à choyer nos héros au détriment de nos personnages secondaires, voire de nos antagonistes. Après lecture de ce roman qui trouve toute sa force dans ses personnages qui prennent vie devant nos yeux, se rebellent, donnent leur façon de penser... on se dit qu'il faut soigner tout autant nos personnages secondaires (au moins ceux qui ont un rôle dans l'histoire. Ceux qui ne font que de la figuration décorative ne sont pas obligés de suivre le même traitement de faveur.) que nos personnages principaux. Sans les personnages secondaires, les héros des romans ne seraient rien.

L'intrigue part un peu dans tous les sens par moment mais, attention, ce côté tortueux est parfaitement voulu par l'auteur. Ce n'est en aucun cas un défaut. C'est une manière de montrer que ce sont les personnages et leur auteur qui créent l'histoire selon leurs envies du moment. L'auteur peut faire basculer un univers tout entier d'un simple coup de plume. Les personnages rebelles que sont Arthur Ganate et Jeff Malhotra influent aussi sur le cours de l'histoire, usant de leur liberté dès qu'ils le peuvent.

En conclusion :  
Encore un roman qui m'a beaucoup plu. Tous les écrivains, en particulier les aspirants-écrivains, devraient lire ce livre. Ce n'est pas à proprement parler un guide d'écriture mais sa lecture nous pousse à réflexion sur notre propre conception de la caractérisation des personnages et sur l'utilisation que l'on fait de nos personnages secondaires. Je trouve que ce roman a des vertus quelque peu initiatiques.

Pour de simples lecteurs, cet ouvrage sera un bon outil récréatif. Agréable à lire, amusant, sortant des sentiers battus... Il permettra aussi à certains de retrouver les personnages de romans appartenant aux classiques de la littérature.

C'est le deuxième ouvrage que je découvre du même éditeur et je suis une fois de plus ravie d'avoir pu lire ce nouveau roman hors-norme. 

Un grand merci à Karine du forum "club de lecture" , à l'auteur, Olivier Courtois et à arHsens édiTions pour m'avoir permis de découvrir ce titre lors d'un partenariat.

mercredi 2 novembre 2011

Interview-chat de Mélanie Fazi

Retrouvez le texte intégral de l'interview-chat 
de Mélanie Fazi 
lors de sa venue 
sur notre forum "L'alchimie des mots" 
en suivant ce lien.
Un moment très agréable, très enrichissant. 
Une expérience à renouveler de toute évidence ! 

Encore merci à Mélanie Fazi d'avoir accepté l'invitation et d'avoir partagé autant de choses avec nous.