menu déroulant essai

Rechercher dans ce blog

mardi 18 septembre 2012

Mon avis sur "Journal d'un hacker" de Maxime Frantini

211 pages
Editeur : auto-édité par l'auteur
Date parution : Juin 2012
Origine : France
Version originale
ISBN : 9791091116077
Prix : 19,99€


Voici mon avis concernant "Journal d'un hacker" de Maxime Frantini.

Jetons tout d'abord un oeil à la couverture.
Une couverture que j'aime beaucoup. Elle regroupe les éléments définissant la vie du personnage principal. Tout d'abord, l'ombre. Ensuite, l'anonymat et le besoin de se fondre dans la masse : un sweat à capuche qui nous cache totalement l'identité du personnage. En arrière-plan, très discrets, des buildings symbolisant les USA. On retrouve bien entendu le masque de "V" (V pour Vendetta), symbole universellement connu du mouvement hacktiviste Anonymous. Celui-ci est placé au centre d'une cible de sniper. Une façon plutôt brillante de nous indiquer que les pirates, les hackers, sont dans la ligne de mire du FBI. Et bien entendu, outil indispensable à tout bon pirate : un ordinateur portable !

Voici le résumé figurant au dos du roman :
"Hiver 2012. Les grandes démocraties ont multiplié lois et accords pour accentuer leur contrôle sur Internet. Aux USA, les manifestations d'indignés sont quotidiennes et la misère gagne du terrain.

Pour mettre le monde sous surveillance, le FBI utilise Galaxy, un monstrueux système informatique chargé de filtrer et indexer exhaustivement les données d'Internet.

D'une puissance inégalée, il a été conçu comme une entité autonome et inviolable, protégée de l'ingéniosité des hackers. Aucun pirate ne peut accéder au plus liberticide et confidentiel des outils informatiques.

Mais Ylian Estevez, le hacker le plus recherché de la planète, relève le défi. Avec l'appui du mouvement hacktiviste Anonymous, il conçoit un plan machiavélique pour détruire Galaxy.

Pour la division Cyber Crime de Mark Benson, composée des plus brillants cyber flics, la capture d'Ylian Estevez est une priorité, et sa croisade une opportunité unique. Entre les hackers et le FBI s'engage alors une guerre des plus indécises, avec pour enjeu la liberté de milliards d'Internautes."

Voici la bande-annonce du roman :



Vous pouvez aussi découvrir gratuitement quelques pages ici : 
Extrait du roman (pdf)


Parlons un peu des personnages.
On peut véritablement discerner trois grands protagonistes dans ce roman.
Tout d'abord, le FBI. En particulier la division Cyber Crime avec à sa tête Mark Benson. Un homme pas complètement antipathique mais dont on aime rire en tant que lecteur. Ce pauvre Mark Benson m'a un peu fait penser au Shérif de Nottingham dans le grand classique "Robin des bois".

Ensuite, vient Ylian Estevez, pirate de génie qui a pour but de détruire Galaxy, le joujou dernier cri du FBI. J'ai vraiment eu un coup de coeur pour ce personnage : certes, c'est un pirate informatique capable de vider votre compte en banque avec deux lignes de code mais Ylian est surtout montré comme un justicier, un Robin des bois du net. Sa devise résume parfaitement ses revendications : "Net is a free nation." Il a un côté torturé : la mort de son père l'a profondément marqué. Ylian est un solitaire. Il n'aime pas travailler en groupe. Mais il sait admettre quand il a besoin des autres pour réussir un défi. Il fera donc appel au troisième principal protagoniste de l'histoire : les Anonymous.

A la tête du mouvement... pardon ! J'allais dire une grosse bêtise. Il n'y a pas de leader dans ce mouvement hacktiviste et c'est ce qui fait sa force. ;-) Reprenons donc : le contact d'Ylian chez les Anonymous, un certain Mystic, n'hésitera pas une seconde à coopérer avec le hacker solitaire. Il faut dire que Ylian Estevez est une véritable légende pour les pirates informatiques. Ses exploits font le tour de la toile par le biais de ses nombreux fans. Mais Ylian est quelqu'un de secret qui n'agit pas pour la gloire mais pour la liberté du Net, pour la liberté de tous ces utilisateurs. Il est révolté par les lois liberticides que les gouvernements ne cessent d'instaurer et Galaxy est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

Mon avis concernant ce roman :
Ce roman est un véritable coup de coeur ! Je suis encore tout étonnée qu'aucun éditeur n'en ait voulu. Heureusement que l'auteur a pris la décision de l'auto-éditer ! Il aurait été vraiment dommage de ne pas pouvoir découvrir cette petite bombe.

Mais pourquoi "Journal d'un hacker" n'a-t-il pas trouvé preneur chez les éditeurs ? J'ai encore du mal à comprendre. Avait-on peur que ce roman fédéralise les internautes et donne envie de se rebeller contre le système qui nous enferme de plus en plus sans que l'on ne s'en rende vraiment compte ? Craignait-on que des milliers de jeunes n'aient envie de devenir eux aussi des Ylian Estevez ? Je ne sais pas.

Une chose est sûre : ce roman pourrait devenir un best-seller si son auteur avait les moyens des grandes maisons d'édition.

Que l'on soit pro ou anti pirates, on ne peut que saluer les exploits d'Ylian.
Le pirate informatique, ou hacker, a depuis toujours, mauvaise réputation auprès de la majorité des gens. Ils sont considérés comme des criminels, des voleurs... Mais raisonner de la sorte c'est mettre tous les oeufs dans le même panier ! Certes, il existe des personnages sans scrupules qui pirateront des données, des sites, dans l'unique but de satisfaire leurs petites affaires : remplir son compte en banque personnel avec l'argent des autres ou détruire pour le simple plaisir de le faire et pour la gloire. Mais il faut savoir qu'il existe aussi des hackers qui se battent pour nos libertés à tous. Ylian Estevez en fait partie.

"Journal d'un hacker" nous ouvre les yeux sur cette dictature qui se met doucement en place. Vous vous croyez à l'abri derrière vos pare-feu et vos antivirus ? Alors, attendez-vous à avoir des surprises. ;-) Vous n'utilisez jamais Internet ? Mais ce n'est pas pour cela que vous êtes mieux protégés ! De nos jours, quasiment tout le monde possède un téléphone portable, un téléphone fixe ou une tablette et personne n'est à l'abri d'une violation de la confidentialité de ses échanges.

C'est ce que Maxime Frantini nous propose de découvrir dans ce roman. Le FBI, par l'utilisation du super ordinateur Galaxy, se permet de laisser traîner des oreilles indiscrètes où bon lui semble. Ce projet est destiné à plus ou moins long terme, à mettre sur écoute le monde entier, à trier et indexer tous les faits et gestes des utilisateurs, à enregistrer des données personnelles, à briser les règles de confidentialité... Les USA souhaitent dominer le monde en utilisant des moyens liberticides.

Ylian Estevez a dit non. Il a dit non à l'abolition des libertés de chacun. Il a dit non à la mise à mort de la confidentialité. Il a dit non à l'enterrement de la liberté d'expression. Il a dit non à Galaxy. Il a dit non, et il va tout faire pour détruire cette menace de manière tout à fait pacifique. Dans cette cyber-guerre où FBI et pirates jouent au chat et à la souris, il n'y aura aucun dommages collatéraux. Ylian est calculateur. Il n'agit pas sans avoir monté un plan qui a toutes les chances de réussir. Tel un joueur d'échecs, il réfléchit, élabore sa stratégie pour aboutir à un échec et mât de son adversaire.

Et pourtant, malgré le talent indéniable de ce génie de l'informatique, on se surprend à trembler pour lui et à douter. Arrivera-t-il à ses fins ? Se fera-t-il prendre ? Réussira-t-il à fuir à temps ? Galaxy résistera-t-il malgré tout ses efforts ?

Bien heureusement, une petite touche d'humour est présente : ce qui nous aide à relâcher un peu la tension.

Le style est très fluide, très facile à lire. L'histoire est addictive (à peine deux jours pour le lire).

Un seul petit regret : 
Quand il n'y en a plus, on en voudrait encore ! J'ai eu énormément de mal à me séparer d'Ylian Estevez, hacker très attachant et fascinant. Mais je vais me consoler en lisant le premier volet de ses aventures qui est disponible sur le site de l'auteur. Et puis, à ma plus grande joie, d'autres aventures sont prévues. ;-)

En conclusion :  
Un véritable coup de coeur pour ce thriller bien ancré dans notre réalité (Jetez donc un oeil sur les actualités !) qui nous invite à découvrir l'univers trouble et fascinant d'un hacker mais qui nous ouvre aussi les yeux sur la situation actuelle et nous pousse à réfléchir.

Qui doit-on le plus craindre ? Les hackers ou les institutions gouvernementales ?

Je ne peux que vous recommander vivement ce roman. Mais attention : après l'avoir lu, vous risquez de devenir paranoïaque ou indigné. ;-) Je vous aurai prévenus ! ^^

Un grand merci à l'auteur, Maxime Frantini et au forum Club de lecture pour m'avoir permis de découvrir ce titre lors d'un partenariat.


(Une petite mise en scène du roman effectuée par mes soins. Un grand merci à mon homme pour m'avoir confectionné un Anonymous en paper toy. Je n'oublie pas de remercier mon ordinateur, Marcel, pour avoir accepté de poser pour la photo. Pour info : je n'ai pas piraté le site de la division Cyber crime du FBI. Je me suis contentée de donner une petite touche personnelle à une image trouvée sur le web pour coller au plus près du roman, histoire de vous mettre dans l'ambiance. ;-) )

jeudi 13 septembre 2012

Mon avis sur "L'année des dragons" de Jean-Louis W. Mauré

425 pages
Date parution : Août 2012
Origine : France
Version originale
ISBN : 9782954259406
Prix : 19€


Voici mon avis concernant "L'année des dragons" de Jean-Louis W. Mauré.

Jetons tout d'abord un oeil à la couverture.
Lorsque j'ai découvert la couverture, j'ai tout de suite été séduite par le côté flamboyant de l'illustration. Des flammes qui inspirent à la fois le chaos et le retour à un monde sans électricité : le feu comme unique moyen de se chauffer, se nourrir, s'éclairer mais aussi se protéger. Le coucher de soleil sur les montagnes qui figure dans la partie supérieure de la couverture me fait penser au changement, à la fin d'une ère et l'annonce d'un jour nouveau et différent.

Voici le résumé figurant au dos du roman :
"Imaginez une journée entière sans téléphone ni appareil électrique qui fonctionne ! Au deuxième jour, c’est la crise de nerfs assurée. Et si cette panne généralisée durait une semaine ? Comment s’organiser pour tenir sans machine à laver, pour s’occuper sans télévision ni ordinateur ni internet et se résigner à devoir jeter tout le contenu du congélateur ?
Plus d’informatique ni de communications, aucun appareil n’est opérationnel et toutes les machines sont en panne. Plus aucune transaction n’est possible, la pénurie de carburant gagne, l’activité économique est complètement paralysée.
Sans nouvelles de l’extérieur, on se retrouve coincé comme dans une bulle. Encore quelques jours et tout risque de basculer si l’on ne prend des mesures radicales..."

Voici la bande-annonce du roman :


Vous pouvez aussi découvrir gratuitement les premières pages ici : 
Extrait du roman (pdf)


Parlons un peu des personnages.
Il est difficile de vous parler d'un personnage en particulier. En effet, ce roman met en scène toute une population, un peu dans le style de "Dôme" de Stephen King. Les habitants de Mauriac, ville existant réellement et se situant dans le Cantal, entre la Dorgogne et les volcans d'Auvergne.

Pourtant, au fil des pages, quelques éléments se détachent un peu du lot : un sous-préfet nommé Castillo qui, par la force des choses deviendra Général, Mr Lesmarie, maire de Mauriac et porte-parole auprès de la population... mais aussi un personnage qui m'a beaucoup fait rire (allez savoir pourquoi ! ^^), Attila II le Grand, qui, comme vous devez vous en douter, n'est pas forcément pacifique.

Je ne vais pas m'amuser à tous vous les citer car, chaque protagonistes a, à sa manière, un rôle plus ou moins important dans cette histoire.

Mon avis concernant ce roman :
Ne connaissant pas la région dans laquelle se situe cette histoire, je n'ai tout de même pas eu de mal à m'en faire une bonne idée. Les descriptions sont suffisamment détaillées pour nous télé-transporter en plein coeur de Mauriac et ses environs. Des descriptions détaillées, dis-je, mais plaisantes à lire.

J'ai été vraiment emballée par l'idée principale de ce roman (qui, soit dit en passant, est le premier tome d'une trilogie intitulée "L'Aube des jours perdus"). L'auteur nous embarque dans une véritable aventure qui, malgré son caractère fictif n'en demeure pas moins possible. Une panne d'électricité généralisée et pérenne pourrait très bien nous arriver un jour. Plus d'électricité équivaudrait à ne plus pouvoir nous servir de tous ces outils devenus indispensables dans notre quotidien : ordinateur, téléphone, chauffage, aspirateur, lumière... Un véritable retour au Moyen-âge ! Et c'est exactement ce que nous propose Jean-Louis W. Mauré ! Il a essayé d'imaginer ce que deviendrait notre société si on la privait de courant.

Dans le roman, nous assistons donc à ce retour en arrière de toute une communauté (Mauriac et ses environs) qui doit apprendre à s'organiser pour vivre et survivre. Une panne d'électricité est toujours plus ou moins gênante mais lorsqu'elle semble s'être installée de manière définitive (ou du moins, sur du long terme) il est nécessaire d'apprendre à s'adapter pour continuer à exister. C'est ce que Mauriac et les villages avoisinants s'évertue de faire : une réorganisation complète du système, une vie en autarcie et des moyens de protection contre l'extérieur. Chacun doit apprendre à vivre comme dans l'ancien temps : les forges reprennent du service, seul le pain cuit au four à bois est disponible, il ne fait pas bon tomber malade ou se blesser (les moyens médicaux sont bien amenuisés : pénurie de médicaments, d'alcool...)...

J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur nous invite à nous promener dans la ville pour partir à la découverte de ses habitants et surtout, nous montrer l'impact de la grande panne au fil du temps.

Ce roman se lit très vite, l'intrigue nous absorbe jusqu'à la dernière page. Une fois la fin de l'ouvrage atteinte, on a vraiment envie de pouvoir lire la suite.


Un seul petit regret : 
Un petit défaut qui m'a frappée de plein fouet : la typographie utilisée dans les dialogues est étrange. J'avais été habituée au style très personnel de l'auteur qui consiste à parsemer ses dialogues de points d'exclamation lors de ma lecture de "Le loup et le grizzli" (dont vous pourrez retrouver ma chronique ici : mon avis sur "Le loup et le grizzli" ) mais j'ai été un peu surprise par la présentation adoptée pour les dialogues.
Un exemple : "- Quoi ma fille, lui répond-elle, piquée au vif ?" (Le point d'interrogation en fin d'incise me trouble un peu)
Mais on se fait vite à ce style plutôt non conventionnel et ça n'enlève rien à la qualité du récit qui nous est proposé. ;-)

En conclusion :  
C'est le deuxième roman que j'ai la chance de lire de cet auteur et je suis toujours vraiment fan de ses histoires ! Un roman (et un auteur) qui mérite vraiment d'être lu, dévoré même (Le livre ! Pas l'auteur ! ^^). Je le classe à la fois dans la catégorie aventure et dans la catégorie anticipation car, cette histoire qui semble incroyable pourrait très bien arriver un jour. Pas de monstres, pas d'extra-terrestres ou autres créatures et phénomènes paranormaux dans "L'année des dragons", tout est parfaitement ancré dans notre réalité.

Pour terminer, je dirais simplement : "Vite ! La suite !" ;-)

Un grand merci à l'auteur, Jean-Louis W. Mauré et à Eivlys éditions pour m'avoir permis de découvrir ce titre lors d'un partenariat.