menu déroulant essai

Rechercher dans ce blog

mercredi 15 mai 2013

Mon avis sur "La cavale" de Maxime Frantini

181 pages
Editeur : auto-édité par l'auteur
Date parution : Mars 2013
Origine : France
Version originale
ISBN : 979-10-91116-15-2


Voici le résumé figurant au dos du roman :
"L'étau se resserre autour d'Ylian Estevez, le hacker le plus recherché de la planète, contraint à fuir et à se cacher. A ses trousses, le FBI a lancé le redoutable inspecteur Fitz et la jeune Laureen, sa coéquipière.

Mais malgré le charme de Martine et le calme de Lac Mégantic qui incitent le hacker révolté à déposer les armes, le moment est mal choisi pour une retraite discrète.

A Dubaï, la "plus grande démocratie du monde" a convoqué l'élite de la diplomatie internationale pour arracher un accord légitimant le contrôle total d'Internet.

Fidèle à ses idéaux, Anonymous s'oppose à ce traité liberticide et place toutes ses forces dans la bataille.

Mais les hacktivistes pourront-ils compter sur Ylian ? "

Voici la bande-annonce du roman : 



Mon avis sur ce roman :
C'est avec beaucoup de déception que j'ai appris que les aventures d'Ylian n'avaient toujours pas trouvé d'éditeur. Comme je le disais dans ma chronique de "Journal d'un hacker", je suis certaine que ce genre de romans est susceptible de trouver de nombreux lecteurs. Bref. Je ne vais pas m'étaler plus longtemps sur ce point mais je souhaite dire aux éditeurs qu'ils ne savent pas ce qu'ils perdent ! Heureusement, l'auteur, Maxime Frantini, a décidé de continuer l'aventure et d'auto-publier ce nouvel opus (en version électronique et en version papier).

Ayant eu un très gros coup de coeur pour "Journal d'un hacker" , je vous avoue que j'étais impatiente de replonger dans l'univers d'Ylian Estevez. J'attendais beaucoup de cette suite et le risque d'être déçue était tout à fait possible.

Dès les premières pages, ça bouge. Ylian, qui avait échappé au FBI à la fin du volet précédent, se retrouve en position de gibier. De gros moyens ont été déployés pour piéger le hacker le plus recherché de la planète. A tel point que j'ai bien cru que la souricière allait se refermer sur lui.

Mais n'oublions pas qu'il s'agit d'Ylian Estevez, un homme d'une prudence extrême et d'une très grande intelligence. C'est avec un grand "Ouf ! " de soulagement que je l'ai vu se sortir magistralement du piège qu'on lui avait tendu. Bien entendu, ses poursuivants n'ont pas du tout apprécié de se faire rouler une fois de plus dans la farine. C'est alors que commence... la traque.

J'ai un peu pris peur en constatant qu'Ylian portait une arme sur lui. Je me suis dit que l'auteur n'avait pas pu en faire une crapule, un tueur car ça aurait été à l'opposé de la nature d'Ylian que j'avais découverte dans le roman précédent. Mais j'ai tout de même douté durant quelques pages, essayant de me convaincre que le fait de se retrouver en position inconfortable avait pu provoquer un tel changement d'attitude du personnage. Après tout, une proie traquée peut devenir dangereuse, guidée par son seul instinct de survie. Néanmoins, ça me chagrinait un peu.

Puis, par bonheur, quelques chapitres plus loin, j'ai retrouvé le personnage qui m'avait tant plu. Une deuxième fois "Ouf !". Cependant, l'auteur a, à juste titre, tout de même fait évoluer Ylian. Quel plaisir de découvrir que le hacker que rien ne semblait pouvoir atteindre ou émouvoir a finalement des petites faiblesses. L'une d'elles se prénomme Martine, l'autre, Chris.

Mais n'allez pas vous imaginer que le jeune homme s'est ramolli, est devenu un petit toutou inoffensif, une lavette... ^^ Non, non, il est toujours de nature prudente et rusée... quoique... il est vrai que son coeur prend parfois le dessus sur la raison et ça, c'est très dangereux... pour lui.

Dans ce volet, Ylian est un homme à la fois fort et faible, bon et dangereux, doux et cynique... Une personnalité ambivalente mais qui donne envie au lecteur de s'attacher à lui et de souffrir à ses côtés. On se met sérieusement à douter pour son avenir. Je l'ai senti beaucoup moins à l'aise que dans "Journal d'un hacker", énormément torturé et pourtant, toujours terriblement efficace.

Malgré la faille dans sa carapace et le fait qu'il soit traqué, Ylian n'hésite pas à filer un coup de main à Mystic et aux Anonymous. Car Ylian reste fidèle à ses valeurs et il n'apprécie pas vraiment ce qui est en train de se tramer dans le dos des utilisateurs du monde entier : les Etats-Unis souhaitent faire signer un traité aux autres nations qui leur permettrait d'avoir un contrôle total sur l'Internet. Au revoir liberté d'expression ! Adieu libertés individuelles ! Une muselière est sur le point d'être posée sur le réseau : la confidentialité vit ses derniers instants.

Mais Ylian, en bon Robin des bois des réseaux fera son possible pour aider les Anonymous à lutter contre ce traité liberticide en tentant d'empêcher sa ratification secrète.

Une fois de plus, les tours joués par Ylian à ses poursuivants m'ont bien fait rire. Et ce coup-ci, les autorités québécoise ne sont pas épargnées.

D'ailleurs, si deux agents du FBI, Laureen et Fitz, n'étaient pas aussi efficaces, j'aurais pu reprocher à l'auteur de trop se payer la tête des autorités américaines et québécoises. ^^ Mais l'équilibre entre incompétence et efficacité est parfaitement établi grâce aux deux enquêteurs, donc, on ne portera pas plainte. ;-)

Sinon, que dire de plus ?

Le style est toujours très fluide, les pages se tournent toutes seules, l'intrigue est plutôt bien ficelée, les personnages ont été retravaillés et on voit chacun évoluer au cours de l'histoire, réagissant aux événements de manière tout à fait réaliste et parfois inattendue (ben oui, au FBI aussi ils peuvent avoir un coeur et un peu d'humanité ! ^^).

Un seul petit regret : 
J'ai regretté la présence de pas mal de fautes d'orthographe (ou d'erreurs créées par un correcteur orthographique. Sales bêtes ces correcteurs orthographiques intégrés aux traitements de texte ! ^^). Mais c'est souvent la faiblesse des ouvrages en auto-édition. Aïe ! Ne tapez pas trop fort ! Je n'ai jamais dit que les écrits auto-édités étaient moins bons. Je dis juste qu'un auteur qui s'auto-édite n'a pas forcément les mêmes moyens pour faire corriger son manuscrit que les auteurs des grandes maisons d'édition. Alors, pardonnons ce petit écart qui ne gâche en rien la qualité de l'histoire qui nous est contée. ;-)

En conclusion :  
Une fois de plus j'ai passé un excellent moment (trop court. Snif !) et malgré mes craintes je n'ai pas été déçue par ce nouveau volet des aventures d'Ylian Estevez.
Action, humour, amour... tout est là, condensé dans 181 pages avec une plus grande part laissée au côté psychologique que dans "Journal d'un hacker".

Si vous ne supportez pas les lois liberticides, la privation de confidentialité sur le web, .... et toutes ces entraves que les dirigeants souhaitent mettre sur le chemin des internautes... si la devise "Net is a free nation" sonne juste à vos oreilles, vous devez absolument faire connaissance avec Ylian Estevez en lisant "Journal d'un hacker" et "La Cavale" !

N'hésitez pas aussi à parler de ces romans autour de vous afin qu'Ylian Estevez devienne un véritable symbole du combat pour la liberté sur internet.


Un grand merci à l'auteur, Maxime Frantini pour m'avoir permis de poursuivre l'aventure avec Ylian.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire